BÉATRICE CHAUVIÈRE, MARRAINE DE L’ACADÉMIE KINI-KINI :  » Contre l’Aspac, je me suis vraiment prise au jeu »

0
29
Béatrice Chauvière lors d'une remise de don à l'Academie Kini-Kini

Dans la tanière de l’Academie Kini-Kini, on retrouve une française, Béatrice Chauvière. Passionnée du sport, elle pourrait devenir joueuse de rugby vu le parcours en mode pro de son père.  Mais ironie du sort, elle a plutôt un cœur généraliste quand il s’agit du sport. D’où son soutien indéfectible à l’une des plus jeunes académies du football au Bénin, l’Academie Kini-kini. Nous l’avons rencontrée pour vous lors du dernier match victorieux de l’Academie contre l’Aspac fc, un club de ligue1. Elle nous a livré pourquoi, investir dans le football béninois lui procure un intérêt particulier.

 

 

Bonsoir Madame Béatrice Chauvière, cela fait plus d’un an que vous accompagnez l’Academie de foot Kini-Kini. Qu’est-ce qui motive un tel choix ?

 

* Mes motivations : tout d’abord sont liées à l’amitié que j’ai pour Valère Vignigbé, le président, la confiance que jai en lui. Aussi le fait que je crois au sport en tant que vecteur d’éducation (respect des règles, politesse…) et d’humanité : vivre ensemble, respect, collaboration, aide…

 

Bien que vous visitiez souvent le Bénin, vous résidez en France. Comment parvenez-vous malgré la distance entre les deux pays à être au parfum de l’évolution du groupe

 

Mes sources d’informations sont les réseaux sociaux, la page Facebook du centre, et surtout Valère qui me tient informée. Je ne manque pas de m’intéresser et de demander des nouvelles sur l’évolution des jeunes.

 

 

Le football avant l’académie Kini-Kini était-il une passion ? Ou c’est une passion qui naît avec la découverte de l’académie

 

Football une passion ? J’ai plutôt grandi avec le rugby etant enfant, mon père jouant le dimanche dans un club. Je connais l’esprit des sports d’équipe même si je n’en ai jamais pratiqué aucun. Je ne peux pas parler de passion pour le foot… ça serait mentir. Mais je porte un vif intérêt au sport en général. C’est une activité vitale à la construction de l’Homme, de l’être humain… tant au niveau physique, santé que spirituel et humain… cependant je prends toujours beaucoup de plaisir à venir voir jouer kini-kini et lors du dernier match contre l’Aspac je me suis vraiment prise au jeu !!! La naissance d’une passion ?

 

Vous venez toujours à Cotonou les bras chargés d’équipements, quels sont les objectifs qui sous-tendent votre démarche ?

 

Pourquoi j’aide l’Académie kini-kini avec des équipements ? J’ai eu envie d’y croire quand j’ai vu toute cette équipe d’encadrants qui se démenaient avec tant d’énergie. Personnellement je n’ai aucun objectif. C’est juste une modeste contribution pour la réussite de jeunes motivés. Ils méritent qu’on leur donne les moyens de réussir.

 

 

Avez-vous des projets à long et à court terme pour l’Académie ?

 

Les projets de l’Académie ? J’espère que celui de la tanière verra le jour bientôt… Je le trouve vraiment complémentaire de ce qui existe déjà.

Nous pouvons avoir le nom de certains joueurs du groupe qui vous ont impressionnée ?

 

Des jeunes qui m’impressionnent en particulier ?? Tous ! Je ne suis pas « encore » assez technicienne pour déceler les pépites… mais mon petit doigt m’a dit qu’il y en avait certaines…

 

Vos conseils pour le groupe ?

 

 

Du travail, un bon esprit d’équipe avec de la solidarité, et n’oubliez pas non plus les études…

 

L’académie vient de signer son tout premier joueur…. Que vous inspire cet exploit ?

 

Le premier joueur qui a signé. C’est une preuve que ce projet était cohérent !

 

 

Avant de vous laisser, quel est votre mot de fin ?

 

Félicitations à tous (jeunes coach dirigeants) ! On suit la bonne direction ! Continuez c’est en train de payer !

 

Merci Béatrice !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here